Español | français | English
 

Le Manifeste de Lima à Paris : signez jusqu’au 15 novembre 2015


par Nadia Gianoli

Le Manifeste de Lima à Paris est une contribution du groupe sud-américain, membre de l’Alliance pour des sociétés responsables et durables. Le document sera remis au comité organisateur de la COP21. Signez et adhérez au Manifeste !

Présentation

Le Manifeste de Lima à Paris a été présenté à la rencontre « De quelle responsabilité le monde a-t-il besoin pour faire face aux changements climatiques. Pour une nouvelle gouvernance environnementale » qui a eu lieu à la Communauté Andine, à Lima au Pérou le 11 décembre 2014 durant le Sommet des Peuples, un évènement de la société civile parallèle à la COP20, la conférence de l’ONU sur le climat.

C’est une contribution du groupe sud-américain, membre de l’Alliance pour des sociétés responsables et durables.

L’Alliance propose que la responsabilité globale soit au cœur de la transition vers des sociétés durables.

Nous proposons que le Manifeste de Lima à Paris initie un processus de convocation pour que des rencontres locales et régionales soient réalisées avant la COP21, qui se tiendra à Paris du 29 novembre au 11 décembre 2015.

Pour accéder au texte intégral du Manifeste visitez www.ethica-respons.net

Pour adhérer au Manifeste, veuillez ajouter le nom de votre organisation ou a titre personnel dans la section « commentaires » au bas de la page, ce avant le 15 novembre 2015. Veuillez indiquer :


- votre nom
- votre organisation et/ou profession (précisez si vous signez à titre individuel ou au nom de votre organisation), indiquez votre site web
- votre ville, pays
- vos commentaires (vos avis nous intéressent !) si vous le désirez.

Le document sera remis au comité organisateur de la COP21 et sera diffusé par la presse internationale et les médias sociaux.

Pour plus d’informations ou si vous avez des questions contactez Isis de Palma à l’adresse isis@educ-imagens.com.br

NOUVEAU : notre video à propos du Manifeste sur Youtube

MANIFESTE DE LIMA À PARIS
Appel à la conscience des puissants de ce monde

Tous les citoyens de notre unique, irremplaçable et fragile planète, notre « oïkos » pour reprendre le terme des anciens grecs pour parler de leur foyer commun, tous nos dirigeants politiques, économiques, spirituels savent que :

1. L’ampleur et l’irréversibilité des interdépendances qui se sont créées entre les êtres humains, entre les sociétés et entre l’humanité et la biosphère constituent une situation radicalement nouvelle dans l’histoire de l’humanité, transformant celle-ci de façon irrévocable, en une communauté de destin ;

2. La poursuite indéfinie des modes de vie actuels, accompagnée d’une tendance à limiter ses propres responsabilités, est incompatible avec l’harmonie entre les sociétés, la préservation de l’intégrité de la planète et la sauvegarde des intérêts des générations futures ;

3. L’ampleur des changements aujourd’hui nécessaires est hors de portée de chacun de nous et implique l’engagement de toutes les personnes et de toutes les institutions publiques ou privées ;

4. Les modalités juridiques, politiques et financières de pilotage et de contrôle des institutions publiques et privées, en particulier celles dont l’impact est mondial, ne les incitent pas à assumer pleinement leurs responsabilités, voire les incite à l’irresponsabilité ;

5. La conscience de nos responsabilités partagées vis à vis de la planète est une condition de survie et un progrès de l’humanité ;

6. Notre coresponsabilité, au delà des intérêts légitimes de nos peuples, est de préserver notre planète unique et fragile, en évitant que des déséquilibres majeurs n’entrainent des catastrophes écologiques et sociales affectant tous les peuples de la terre ;

7. La prise en compte de l’intérêt d’autrui et de la communauté, la réciprocité entre ses membres sont les fondements de la confiance mutuelle, d’un sentiment de sécurité et du respect de la dignité des droits de chacun ;

8. La proclamation et la recherche de droits universels ne suffit pas à régler nos conduites, les droits étant inopérants quand aucune institution n’a la capacité d’en garantir seule les conditions d’application ;

9. L’adoption de principes éthiques communs inspirant les conduites et les règles, tant au niveau individuel qu’au niveau de toute la société est urgente.

Mais que font les dirigeants politiques du monde de ces constats ? Comment assument-ils leurs responsabilités communes ? Sont-ils disposés et capables de créer les règles et les outils juridiques nécessaires pour que les États, les entreprises, les institutions financières, les centres de recherche assument une responsabilité à long terme à l’égard des conséquences de leur action ou de leur inaction ?

Mobilisent-ils les intelligences et les énergies pour transformer notre économie, en inventant les règles de gestion de notre maison commune, permettant d’assurer le bien-être de tous dans le respect des limites de la planète ? Ont-ils le courage, l’audace, l’imagination et la ténacité nécessaires pour doter l’humanité d’une gouvernance de notre « oïkos » à la hauteur de l’urgence et de la complexité des défis qui l’assaillent ? À quoi servent la science, les innovations technologiques, la prospérité matérielle si elles ne contribuent pas à la survie de la vie de qualité sur la planète ?

Qu’ont fait, font et feront les détenteurs de pouvoir du monde pour mériter notre confiance et décider de notre destin commun ? Assument-ils leurs responsabilités à l’égard de l’humanité et à l’égard de la planète ?

Rien n’est plus vital pour l’humanité que l’équilibre social et environnemental. Notre vie en dépend, il régule les pluies, les vents, la température qui permet l’agriculture et notre vivre ensemble harmonieux avec la biosphère.

La biosphère est un bien commun de l’humanité. Nous devons apprendre à gérer ensemble les ressources naturelles, puisque la nature fait de nous une seule et même communauté, au delà de toutes nos différences, de toutes nos méfiances, de toutes nos ignorances.

Ce qui unit l’humanité à la biosphère ce n’est pas de consommer tous les mêmes produits standardisés, d’écouter tous la même musique, de contribuer tous à l’enrichissement des mêmes grandes places financières. Ce qui nous unis c’est le climat, les biomes, la diversité, l’eau.

Qui est chargé de préparer un accord entre les peuples de la terre, qui devrait favoriser la manière commune de gérer le climat ? Des ministres des affaires étrangères qui priorisent la défense de leur intérêts nationaux, qui créent des antagonismes entre les pays au détriment de la recherche indispensable d’un équilibre climatique !

Ils ont transformé la gestion du climat, qui devrait nous unir, en un motif de division entre nous. Ils ont, depuis plus de vingt ans, maquillé leur coresponsabilité à l’égard de la planète et de l’humanité en des « responsabilités communes mais différenciées » qui ont justifié que chacun attend que l’autre s’engage le premier. Sont-ils conscients, ceux qui gouvernent, que cela s’appelle en droit l’inertie fautive ?

Il est essentiel qu’ils prennent conscience de la situation. Qu’ils transforment l’énergie dépensée pour créer des arguments fallacieux, pour prétendre d’ignorer les conséquences irréversibles de leur inaction, en une énergie capable de combattre l’inertie et le manque de courage collectif, créant ainsi des conditions pour faire valoir la responsabilité qui leur a été déléguée.

Un exemple dramatique : le changement climatique menace la disparition les îles du Pacifique, menace le Bangladesh d’écocide et de génocide, et tant d’autres régions du monde de catastrophes climatiques mettant en péril des peuples entiers.

Qui se lèvera parmi ceux qui gouvernent pour être l’avocat des peuples, l’avocat d’une planète sans défense, quand il n’y a ni droit international de la responsabilité, ni cour de justice pour plaider leur cause, ni moyen de sanctionner de façon dissuasive les comportements irresponsables ?

Qui plaidera leur cause ? Devant quelle cour de justice ? Au nom de quel droit international ?

Ce n’est pas acceptable que leur réponse soit qu’ils ne savent pas quoi faire, ou que les questions sont trop complexes.

Nous les personnes et institutions qui signent ce Manifeste :

Proposons d’adopter d’urgence une « Déclaration universelle des responsabilités humaines ». Elle devra fonder les relations entre les États et les peuples, sera promue auprès de tous les secteurs de la société, sera la base du droit international de la responsabilité indispensable pour assumer nos interdépendances et faire de nous, peuples de la terre, une communauté de destin.

La « Déclaration universelle des responsabilités humaines » établit huit principes. Nous proposons que tous s’engagent à la transposer dans la Constitution des États et dans les lois nationales.

1. La responsabilité est une expression de la liberté et de la dignité - L’exercice par chacun de ses responsabilités est l’expression de sa liberté et de sa dignité de citoyen de la communauté mondiale.

2. La responsabilité est proportionnelle à la richesse, au pouvoir et à la connaissance - Chaque être humain et tous ensemble ont une coresponsabilité à l’égard des autres, de la communauté proche et lointaine, et à l’égard de la planète, en proportion des avoirs, du pouvoir et du savoir de chacun.

3. La responsabilité implique des mesures en conséquences - Cette responsabilité implique de prendre en compte les effets immédiats ou différés de ses actes, d’en prévenir ou d’en compenser les dommages, que ceux-ci aient été ou non commis volontairement, qu’ils affectent ou non des sujets de droit . Elle s’applique à tous les domaines de l’activité humaine et à toutes les échelles de temps et d’espace.

4. La responsabilité est inaliénable - Cette responsabilité est imprescriptible dès lors que le dommage est irréversible.

5. La responsabilité n’exonère pas les institutions ni leurs dirigeants - La responsabilité des institutions, tant publiques que privées, quelles que soient les règles qui les régissent, n’exonère pas la responsabilité de leurs dirigeants et réciproquement.

6. La responsabilité implique la meilleure gestion des ressources - La possession ou la jouissance d’une ressource naturelle induit la responsabilité de la gérer au mieux du bien commun.

7. La responsabilité est des élus et des électeurs - L’exercice d’un pouvoir, nonobstant les règles par lesquelles il est dévolu, n’est légitime que s’il répond de ses actes devant ceux et celles sur lesquels il est exercé et s’il s’accompagne des règles de responsabilité à la hauteur du pouvoir d’influence exercé.

8. La responsabilité n’exonère pas ceux qui ne tentent pas de l’exercer - Nul ne peut s’exonérer de sa responsabilité au nom de son impuissance s’il n’a fait l’effort de s’unir à d’autres ou au nom de son ignorance s’il n’a fait l’effort de s’informer.

Les gens et les organisations qui adhèrent à ce Manifeste peuvent organiser des débats démocratiques dans leurs villes ou régions sur la Déclaration universelle des responsabilités humaines comme un moyen de conduire la transition vers des sociétés durables.

Nous appelons également les signataires à inclure dans leurs discussions les points suivants :

• Mise en place de paramètres pour un nouvel accord climatique global, basé sur des critères de responsabilités partagées, remplaçant les préceptes de responsabilités communies mais différenciés, en changeant la logique actuelle qui privilégie les intérêts économiques des nations les plus riches et des compagnies.
• Fixer une date limite pour que l’Organisation Mondiale du Commerce mette la notion de filière durable au cœur des principes du commerce international afin d’incorporer les meilleurs préceptes de bénéfices sociaux et environnementaux dans le commerce mondial.
• La création du Fonds Socio-environnemental Mondial à partir des impôts perçus de l’utilisation d’énergie fossile, pour accompagner la transition vers des sociétés durables.

Paris, novembre 2015

www.ethica-respons.net

PDF - 3.6 Mo
Manifeste de Lima à Paris 2015 (FR)
PDF - 151.9 ko
Manifest from Lima to Paris 2015 (EN)
PDF - 363.9 ko
Manifiesto de Lima a Paris 2015 (ES)
PDF - 3.1 Mo
Manifesto de Lima a Paris 2015 (PT)











Les organisations et individus ci-dessous sont en accord et soutiennent le Manifeste de Lima à Paris :

ORGANISATIONS
- Agência de Desenvolvimento, Inovação e Sustentabilidade (AGENDIS), Di Magalhães, Brasil
- Alampyme Chapter Brasil - Associação Latinoamericana de Pequenas Micros e Médias Empresas, Isis de Palma, Brasil
- Alianza de Responsabilidades para Sociedades Sustentables - Asamblea Ciudadana del Cono Sur - América del Sur, Ricardo Jimenez, Peru
- Alliance for Responsible and Sustainable Societies, Edith Sizoo, France
- Alliance for Responsible and Sustainable Societies, Nina Greeg, USA
- Alliance for Responsible and Sustainable Societies, Betsan Martin, New Zealand
- Alliance for Responsible and Sustainable Societies - Polis - International Network for Environmental Education, Yolanda Ziaka, Greece
- Alliance Internationale de Journalistes, Manola Gardez, France
- AMERINDIA Chile, Manuel Hidalgo Valdivia, Chile
- Asociación Civil Todos Juntos, Cristina Reynals, Argentina
- Asociacion There Is Alternative (TIA), Lydia Nicollet , France
- Associação Comunitária Costa Sul, Juvenal Marques Luiz Junior, Brasil
- Association A6, Pierre Caro, France
- Beco de Escritores, Lidia Izecson, Brasil
- Cara de Brasil, Ana Maria Wilheim , Brasil
- Center for Positive Futures, Annabelle Miano, Philippines
- Center for Positive Futures, Dorothy Vergara, Philippines
- Center for Positive Futures, Lennard Cruz, Philippines
- Center for Positive Futures, Ma. Cheryl Fulgencio, Philippines
- Center for Positive Futures, Ma. Regina Tagsa, Philippines
- Center for Positive Futures, Marineth Abigan, Philippines
- Charter of Human Responsibilities Philippine Team, Fleur de Lys Cupino,
- Charter of Human Responsibilities Philippine Team, Ma. Corazon Gratuito,
- Charter of Human Responsibilities Philippine Team, Marilou Cerilla, Philippines
- Charter of Human Responsibilities Philippine Team, Merlyn Martinez, Philippines
- Charter of Human Responsibilities Philippine Team, Dr. Ruben Martinez, Philippines
- Colectivo Civico Lima Este, Mg. Jose Alfredo Miranda Cordova, Peru
- Comisión de Soberanía y seguridad alimentaria - Consejo Consultivo de la sociedad civil (Cancillería argentina), Francois Soulard, Argentina
- Comite Nacional de los 63 Pueblos Indigenas, Carlos Martinez Araujo, Peru
- Comite Nacional de los 63 Pueblos Indigenas, Jessica de L. Martinez Romero, Peru
- Comite Nacional de los 63 Pueblos Indigenas, Elvira Irene Nieves Veja, Peru
- Comite Nacional de los 63 Pueblos Indigenas, Carol Medina Rojo, Peru
- Comite Nacional de los 63 Pueblos Indigenas, Genara Cruz Juarez, Peru
- Comite Nacional de los 63 Pueblos Indigenas, Maria de Jesus Rodriguez Sanperio, Peru
- Comite Nacional de los 63 Pueblos Indigenas, LeobardoNavarro Rojas, Peru
- Comite Nacional de los 63 Pueblos Indigenas, Carlos Nuñez Jimenez, Peru
- CPM Micaela Bastidas, Gony Sosa, Peru
- CPM Research, Oriana White , Brasil
- Eco Foundation for Sustainable Alternatives (EFSA), Ms. Sudha Reddy , India
- Escola de Governo, Maurício Piragino/Xixo, Brasil
- FE.DE.VI, Cristina Reynals, Argentina
- Fondation Charles Léopold Mayer – FPH, Pierre Calame, France
- Forum Démocratique Mondial (fDM), ex-Forum pour une Nouvelle Gouvernance Mondiale, Jean Rossiaud, Suisse
- Funbea – Fundo Brasileiro de Educação Ambiental , Rachel Trajber, Brasil
- Global Strategic Common Council, Délcio Rodrigues, Brasil
- Globethics.net, Christoph Stückelberger, Switzerland
- Globethics.net South America, FLACSO Argentina (Facultad Latinoamericana de Ciencias Sociales), Deivit Montealegre, Argentina
- Horizon Peru ONGD - Red Ambiental La Libertad, German Espejo Sevillano, Peru
- House of Representatives, Republic of the Philippines, Winston Castelo , Philippines
- Instituto Romã, Rita Mendonça, Brasil
- Institute for Strategic and International Studies, Malaysia, Dr. Jun-E Tan, Malaysia
- Instituto Agora em Defesa do Eleitor e da Democracia, Gilberto de Palma, Brasil
- Instituto Crescer, Dilermando Allan Filho, Brasil
- Instituto Ecoar para a Cidadania, Vania Bulgarelli, Brasil
- Instituto Ecoar para a Cidadania, Miriam Duailibi, Brasil
- Instituto Pólis - Pontão de Convivência e Cultura de Paz e Rede Mundial de Artistas, Hamilton Faria, Brasil
- Instituto Pólis -Rede Resíduos Zero, Beth Grimberg, Brasil
- International Studies, United Nations University, Dr. John Clammer , Japan
- Itaipu Binacional/Cultivando Água Boa, Dr. Nelton Miguel Friedrich, Brasil
- Jornal Eletrônico Rol - Região On Line, Helio Rubens de Arruda e Miranda, Brasil
- Jornal Folha Litoral , Domingos Oliveira, Brasil
- KABALIKAT, Katina Mutya Cupino, Philippines
- La Junta, Lucia Alvites, Peru
- Laboratório de Pesquisas Artes e Ciencia-Unicamp Lepac Paraty, Prof. Dr. Carlos Fernando Salgueirosa de Andrade, Brasil
- Laboratório de Pesquisas Artes e Ciencia-Unicamp Lepac Paraty, Marcia Nascimento, Brasil
- Lagamar EcoHotel, Roberto Cattani, Brasil
- Lagamar EcoHotel, Katia Maria Bortoluzzi, Brasil
- Loa Cultural, Roberta Mourão Caccia-Bava, Brasil
- Marcha Mundial do Clima/SOS Clima Terra, Dádia Carvalho, Brasil
- MO.DE.VI.FA, Cristina Reynals, Argentina
- Movimiento Nacional de Mujeres, Gony Sosa, Peru
- National Law School of India University (NLSIU), Dr. Neetu Sharma , India
- Nexus Solidarietà Internazionale Emilia Romagna (Nexus), Sandra Pareschi, Italia
- Nova - Centre per a la Innovació Social, Martí Olivella, España
- Núcleo de Mídias, Arte e Tecnologias, José Domingos T. Vasconcelos , Brasil
- Núcleo de Mídias, Artes e Tecnologias, Walmes Galvão, Brasil
- Observatório da Mulher, Rachel Moreno, Brasil
- Oca Laboratório de Educação e Política Ambiental, Esalq/USP, Marcos Sorrentino, Brasil
- OZ Design, Ronald Kapaz, Brasil
- PACS - Políticas Alternativas para o Cone Sul, Marcos Arruda, Brasil
- Paraty.Com, Renato Padovani, Brasil
- Parlamento Andino Peruano, Alberto Adrianzen Merino , Peru
- Partido Verde Paraty, Carlos Alberto Silva, Brasil
- Por Você comidinhas saudáveis, Giovanna Shintome de Faria, Brasil
- Rahat NGO -Research Oriented Social Organization, Tribhuvan University , Madhavi Singh Shah , Nepal
- Red de Habitantes, Cristina Reynals, Argentina
- Réseau Éducation et Solidarité, Thierry WEISHAUPT, France
- RIPESS Asia/ASEC ; Principal Research Fellow, Universiti Kebangsaan , Datuk Dr. Denison Jayasooria, Malaysia
- RIPESS Asia/Asian Solidarity Economy Council (ASEC), Dr. Benjamin Quinones Jr., Philippines
- Risteco et de la plateforme Eating City, Isabelle Lacourt, France
- Rozana Association for the Development of Architectural Heritage, Terry Boullata, Palestine
- SA Paraty Industrial, Tymur Klink, Brasil
- Sanlakas Confederation of Multisectoral Org, Flora A. Santos, Phillippines
- Sanlakas Confederation of Multisectoral Org, Olivia Asiddao, Philippines
- Small Home of Rural Empowerment Activists (SHOREA), Zain Noor Rahman, Indonesia
- Sucre Ethique, Gilbert Gouverneur, France
- Unión Popular Valle Gómez, Ernesto Jiménez Olin, Mexico
- University of the Philippines Department of Women and Development Studies, Dr. Nathalie Verceles, Philippines
- VIATVCINEMA LTDA., Renato Massayuki Sakata, Brasil
- Viração Educomunicação, Paulo Lima, Brasil

INDIVIDUS
- Ada Maria Rocha de Moura, Brasil
- Adriana Fangmann, Brasil
- Aline Cavalcanti, Brasil
- Amanda Coutinho Campanatti, Brasil
- Amanda Marques Roman, Brasil
- Ana Claudia, Brasil
- Andrea Barreto, Brasil
- Bernie Eleazer Cupino, Philippines
- Bruno Cícero de Sá Elias, Brasil
- Claudia Ziggiatti, Brasil
- Claudio Antonio Marques Luiz, Brasil
- Cocou Muriel Dorian MONTCHO, Benin
- Dalton Sala, Brasil
- Edith Dauag, Philippines
- Edmar Tomas Rocha de Moura, Brasil
- Elnace Gonçalves Batista, Brasil
- Emilio Delfin, Philippines
- Erika Turrini Carvalho Rocha, Brasil
- Fernanda Caldas Castilho Ramos, Brasil
- Gisela Gorovitz, Brasil
- Giselle Tanaka, Brasil
- Glória Oliveira, Brasil
- Guillermo Kerber, Switzerland
- Irene Cantini, Svizzera
- Irma Ganoza Macchiavello, Perú
- Janete Oliveira, Brasil
- Jeferson Rodrigues da Silva, Brasil
- Jessica Daza, Philippines
- João Bosco, Brasil
- John Miller, Suisse
- Jorge Grinspum, Brasil
- Jorge Ricardo Martins, Brasil
- Julio Wainer, Brasil
- Karl Castelo, Philippines
- Kathy Swart, EUA
- Ladjane Silva, Brasil
- Lia Capovilla, Brasil
- Lívia de Palma, Brasil
- Luara de Araújo Marques, Brasil
- Lucia Almeida, Brasil
- Lucia Helena Gama, Brasil
- Lucinaldo Francisco da Silva, Brasil
- Luiz Alberto Fernandes, Brasil
- Luiz Otavio de Santi, Brasil
- Marcel Hery, Brasil et France
- Marcos Salém Vesconcelos, Brasil
- Margrit Lienert, Suisse
- Mariela E. Manrique, Perú
- Marisa Greeb, Brasil
- Maurice Capovilla, Brasil
- Mauro Soares, Brasil
- Michael Haradom , Brasil
- Michiko Shiroma de Carvalho, Brasil
- Milton López Tarabochia, Peru
- Mirian Cintra, Brasil
- Nadia Gianoli, Suisse
- Nora Gorrochategui, Argentina
- Oswaldo Suzuki, Brasil
- Patrick Hébert, France
- Paula Callegario de Souza, Brasil
- Raquel Marques, Brasil
- Ricardo Marcondes Bulgarelli, Brasil
- Sandra Celano, Brasil
- Sônia Irene Silva do Carmo, Brasil
- Valdizar Pinto do Carmo, Brasil
- Vanderlei Rodrigues, Brasil
- Vanice Burani, Brasil
- Vera Pallamin, Brasil
- Victor Pugliesi, Brasil
- Vitor Jose Gomes da Silva, Brasil
- Waldemir Bargieri, Brasil
- Yara Rovai, Brasil

Date de publication: 18 octobre 2015
Réagir à cet article (8 reactions forum)

Réagir à cet article

Aviso legal y créditos | Mapa del sitio | Fóro público | Seguir la vida del sitio RSS 2.0