English | français | Español
 
Le réseau
Animateurs de communautés

Responsable : Nina Gregg

La responsabilité par la consommation ? Résistance et assimilation dans le mouvement anti-marque


Des recherches sur la responsabilité par la consommation
par Nina Gregg

Doit-on faire en sorte que tout un chacun se transforme en consommateur responsable ?
La consommation responsable est-elle d’ailleurs efficace ?
De bonnes questions lorsque l’on envisage des moyens de sensibiliser le grand public à la responsabilité. Une proposition de lecture avec quelques réponses...



Dans son article « Global responsibility through consumption ? : Resistance and assimilation in the anti-brand movement » (La responsabilité par la consommation ? : Résistance et assimilation dans le mouvement anti-marque), publié dans la revue critical perspectives on international business, Isleide Arruda Fontenelle se penche sur l’éventuelle portée des mouvements anti-marque et montre comment l’assimilation de la résistance s’est produite grâce aux débats sur la responsabilisation et la responsabilité du consommateur et le développement du discours de la « consommation responsable ». Fontenelle pointe les risques sociaux liés au fait d’attribuer aux individus une grande mesure de responsabilité pour ce qui concerne la consommation.

L’objectif de l’article est de questionner l’éventuelle portée des mouvements anti-marque et, par extension, les mouvements qui critiquent le capitalisme au moyen de la consommation, afin de réfléchir à sur l’impasse dans la critique, étant donné les nouveaux formats que le capitalisme a adoptés.

Cet article prend comme objet d’analyse le livre No Logo de Naomi Klein, et il est soutenu par des recherches qualitatives dans le domaine de la production du discours sur le consommateur responsable dans les médias d’affaires, ainsi que dans les livres et articles publiés sur l’assimilation de la résistance, et surtout sur les mouvements anti-consommation et anti marque.

Le rapport entre les conclusions empiriques des recherches – la production du discours de la consommation responsable, dans la période avant et après les mouvements anti-marque – et les articles théoriques sur la responsabilisation et la responsabilité du consommateur dans les temps moderne montre comment l’assimilation de la résistance s’est produite, grâce au discours de consommation responsable, et attire aussi l’attention sur ses limites.


Bien que les recherches qualitatives utilisées dans l’article n’y ont pas été prévues initialement, leurs conclusions ont été incorporées parce qu’elles sont largement applicables à ce qui était proposé.

L’originalité de l’article se trouve dans le fait qu’il montre le point atteint par un mouvement de critique après dix années. Bien que pour l’auteur cela fût déjà clair en 1999 quand No Logo a été écrit, une décennie plus tard il est possible d’affirmer que le mouvement a été assimilé par le marché, surtout depuis l’avènement du discours sur la « consommation responsable ». Ce qui est complètement novateur dans cet article est cette co-relation. Pour finir, l’article pointe également les risques sociaux liés au fait d’attribuer aux individus une grande mesure de responsabilité pour ce qui concerne la consommation.


GIF Crédits photos :


- Cola Consumption, de tk-link
- Weapons of mass consumption, de Josh Fassbind
- Off Consumption, de Gaurav Mishra


Date de publication: 7 décembre 2010
Réagir à cet article

Réagir à cet article

Les autres articles du réseau
  •  L’éthique en action
    par Nina Gregg (8 février 2014)
    “Putting Ethics into Action” est un atelier qui à mis l’éthique en action. Des employés et membres de plus de vingt organisations de défense des droits, de lobby et d’analyses de politiques publiques se sont réunis à New Mexico pour une journée de discussion, tables-rondes, et ateliers expérientiels autour de l’institutionnalisation de la représentativité, la prise de décision démocratique, la transparence, et d’autres principes d’une pratique (...)

  • Nina Gregg aux États-Unis, Diego Escobar en Colombie et Antonio Sama au Royaume-Uni travaillent ensemble (avec Nina comme coordinatrice de projet) sur « l’Éthique & la Responsabilité chez les animateurs des communautés ». Ils ont réfléchi à comment ils travailleraient vers l’objectif d’écrire un document « Réflexion sur l’Action ». Voici leur méthodologie de travail.

  • Une des questions critiques liées à la responsabilité est de savoir si l’on doit révéler des informations dites « secrètes », par quels moyens et dans quelles conditions... une question d’actualité en cette période des « Wikileaks ». Nina Gregg nous propose un guide...

Mentions légales et crédits | Plan du site | Forum public | Suivre la vie du site RSS 2.0