français | Español | English
 
 
Slogan
Avancées du programme Éthique & Responsabilités

Forces, Faiblesses, Opportunités et Menaces


Promouvoir des cultures de Responsabilité et une Charte universelle des responsabilités humaines
par Nicolas Krausz

Au départ du programme E&R en 2010, on a fixé quelques objectifs. Les représentants du programme ont depuis réalisé des recherches en profondeur pour leur secteur, et avant la finalisation de leurs documents « Réflexion sur l’action », le référent FPH du programme E&R, Nicolas Krausz, a analysé le travail accompli jusque-là pour identifier les forces, les faiblesses, les opportunités et les menaces impliquées dans la promotion de cultures de Responsabilité. Ne manquez pas de lire cet « état des lieux » intéressant ! …


Opportunities window par Madmoiselle Lavender lou

Début 2010, on a mis en place un cadre d’action à quatre volets pour mettre en œuvre les objectifs suivants :

1. Niveau société civile professionnelle / sociale

Publication d’une série de documents Réflexion sur l’Action produits par des réseaux professionnels / sociaux préparés à lancer une discussion sur la Responsabilité avec les collègues de leur champ d’action. Ces documents comporteront une analyse des expériences et des conclusions sur les implications et des propositions pour la pratique de la Responsabilité dans le champ concerné.

2. Niveau géographique

Représentation à des niveaux régionaux supranationaux responsable de détecter / contacter des réseaux professionnels / sociaux en vue de les impliquer dans le processus, et de proposer à des organisations et des personnalités influentes de travailler ensemble vers une Déclaration Universelle des Responsabilités Humaines.

3. Niveau politique international :

Impliquer le monde de la politique mondiale dans la promotion de l’idée d’un « Troisième Pilier », une Charte Universelle des Responsabilités Humaines, en rapprochant des initiatives internationales et des personnalités politiques de haut niveau. Une opportunité importante pour faire avancer la proposition de la CURH sera la conférence des Chefs d’État “Rio+20” de l’ONU et la conférence parallèle de la société civile internationale, qui se tiendront toutes les deux au Brésil en juin 2012.

4. Niveau du programme E&R

Organisation d’un séminaire de travail en novembre 2011 pour discuter des documents Réflexion sur l’Action, établir un état des lieux du programme E&R, finaliser les propositions d’action future des réseaux et la stratégie collective pour les années à venir.


FORCES, FAIBLESSES, OPPORTUNITÉS ET MENACES




La méthodologie forces-faiblesses-opportunités-menaces (SWOT : Strengths – Weaknesses – Opportunities – Threats) a été appliquée au travail fait en amont du séminaire de travail par les différents représentants du programme pour identifier et de visualiser les grandes notions et tendances en jeu sans entrer dans le détail de chaque réseau ou région. La partie forces-faiblesses fait référence aux atouts et obstacles propres aux partenaires. La partie opportunités-faiblesses renvoie aux challenges et défis globaux auxquels sont confrontés les acteurs.

1. Faiblesses
Liées d’abord à la notion même de responsabilité :

  • perçue comme un discours individualiste, de droite, voire opposé aux principes de tolérance et de liberté
  • perçue comme opposée à celle de droit et de revendications collectives
  • perçue comme une défaite politique de l’État providence

Liées à certains modus operandi socioprofessionnels :

  • court terme (recherche de la production, du profit, de l’innovation, du scoop) privilégié au long terme (durabilité, préservation de la nature, précaution, prudence)
  • absence de régulations extérieures (lois, règlements internationaux), mais aussi d’information et de financement pour appliquer celles qui existent (à cause de la corruption, de l’élitisme, du manque d’éducation)
  • absence de régulations internes (codes ou règles de conduite, de gouvernance) en raison de cooptation, priorités économiques, conflits d’intérêt, cultures du risque, complexité de la mondialisation

Liées aux rapports de force asymétriques entre les acteurs de plusieurs natures :

  • hiérarchique : patron/employé, soldat/officier/politique, élève/professeur
  • économique : écologie/industrie, donneur d’ordre/sous-traitant
  • juridique : sans-papier/citoyen, locataire/propriétaire
  • culturelle : actif/retraité, croyant/non-croyant

2. Forces
Les forces et dynamiques de chaque réseau dépendent généralement de deux facteurs :

  • un contexte culturel ou régional favorable à la notion de responsabilité
  • l’émergence de la notion de co-responsabilité qui facilite des solutions négociées aux conflits et répond à des attentes concrètes
    Les forces des partenaires se manifestent par des bonnes pratiques et des propositions opérationnelles sur des thématiques où la responsabilité apporte une valeur ajoutée :
  • gouvernance locale (territoires indigènes, villes/habitants, citoyenneté) et mondiale (charte des responsabilités universelles, charte des migrants) : participation, démocratie, interdépendance
  • économie sociale et responsable
  • éducation : sensibilisation écologie, savoir, sens critique consommation
  • communauté de vie, de travail : devenir acteur et co-constructeur de son environnement
    Elles s’appuient sur des dynamiques réelles :
  • internes : solidarité des réseaux
  • externes mobilisations citoyennes qui demandent le « droit d’être responsable »

3. Menaces

  • la société de consommation qui encourage l’égocentrisme, l’individualisme et soutient le système néo-libéral
  • le paradigme occidental du développement durable qui bloque un changement profond de paradigme
  • la frilosité des États qui craignent d’une part de perdre une part de souveraineté en raison des relations d’interdépendance et d’autre part d’abandonner l’initiative de la norme aux réseaux citoyens

4. Opportunités
On peut identifier trois grands types de dynamiques pour le développement futur des valeurs de responsabilité :

  • accompagner l’émergence de la responsabilité comme valeur citoyenne et politique : les crises économique, écologique et politique révèlent un passé et un présent d’indifférence et d’aveuglement et suscitent en réaction des réflexions et des stratégies de réappropriation du sens, de reconstruction de repères du local au global dans tous les domaines d’activités.
  • enrichir un « savoir-faire de la responsabilité » : le paradigme de la responsabilité se traduit par un foisonnement d’initiatives de la société civile indépendamment des Etats et du politique : campagnes, chartes, codes, forums, séminaires, universités, pactes sociaux, formation, bonnes pratiques... Il y a matière à construire un « droit de la responsabilité » adapté à chaque secteur mais aussi nécessité d’établir des cadres de références internationaux (conventions) et universels (charte des responsabilités humaines)
  • faire de la responsabilité un instrument de protection et de contrôle : dans certains secteurs socioprofessionnels (militaires, cadres, journalistes), la « responsabilité de » est plus protectrice et normatrice que le « droit à » ce qui rend sa reconnaissance institutionnelle plus conflictuelle. C’est la raison pour laquelle, comme pour les droits, il peut s’agir d’une revendication sociale voire sociétale.
Date de publication: 14 décembre 2011
Réagir à cet article

Réagir à cet article

Mentions légales et crédits | Plan du site | Forum public | Suivre la vie du site RSS 2.0